Sortir du labyrinthe de l’ego

img_0355

Si l’amour est une forme absolue de connaissance, se connaître mieux soi-même devrait permettre de mieux s’aimer, de mieux s’accepter, mais aussi de savoir accueillir l’autre dans une relation amoureuse. Ou mieux, de savoir aller vers la ou les personnes adéquates selon l’objet recherché, le projet partagé. La recherche de l’être aimé, du promis ou de la promise, mais aussi la quête du double symbolique, est une odyssée universelle qui occupe une bonne part de nos activités. Pour répondre à ce besoin fondamental de partage et de communion, mais aussi à une convention faite nécessité comme celle du mariage religieux, moral et social, chacun ses atouts et ses stratégies.

Il n’empêche que cette quête emprunte rarement une ligne droite mais suit souvent des courbes et des contrecourbes, s’enroule et se déroule en fonction de mos attentes et de nos besoins, fait des nœuds et nous laisse confus. Parfois elle s’emmêle complètement, et on demandera à un spécialiste de l’aide pour aider à déméler des noeuds et y voir plus clair. Cependant, la problématique de la relation amoureuse peut-il se résoudre dans le cadre d’une psychanalyse, via un(e) psy ? Celui ou celle-ci représente en effet un dérivatif affectif qui risque de compliquer davantage l’embrouillamini… Et quid du modèle du couple comme épreuve obligé pour la maturité et sa réalisation personnelle ??

Narration

006En y repensant, Florent devait reconnaître que son analyse n’avait pas abouti à la réalisation d’une relation fusionnelle, au moins d’un partage, même temporaire, profond et complet avec un autre. Un demi-succès sans être un échec… S’il ne correspondait toujours pas au modèle dominant du mâle hétérosexuel ayant fondé une famille – ce qui ne le perturbait plus outre mesure, comme lors de ses premiers pas adulte – il n’avait pas non plus à son actif une longue liaison homosexuelle, avec la valeureuse figure de couple à mettre en avant. D’autant plus que la société avait fait d’énormes avancées vis à vis de ce sujet, notamment avec la récente reconnaissance officielle du mariage gay en France. Une lacune fondamentale dans son aventure humaine ?

Si le postulat (l’impossibilité de vivre une relation amoureuse durable et harmonieuse) n’avait pas été résolu, l’émancipation de l’ego semblait néammoins avoir été atteint, même partiellement. Mais était-ce du fait uniquement de son « travail » chez les psys ? L’échec successif dans ses relations amoureuses, ses mauvais choix et les différentes impasses ne correspondaient-ils pas finalement à une contradiction, un désordre intérieur, finalement toujours perturbant quand s’imposait la question du couple ??…

Il avait plutôt cette impression, quelques années après avoir laissé en arrière l’approche psychanalytique des choses, que tout cela était vain d’un point de vue amoureux. Qu’il avait toujours recherché l’Autre pour de mauvaises raisons, comme pour s’appuyer ou trouver des béquilles, mais que le dérivatif psy ne lui avait été d’aucun secours. Au moins avait-il senti son intelligence s’ébrouer, ses neurones se détendre. Il s’était recentré, s’était senti à sa place pendant le temps des scéances, et les questions et les hypothèses soulevées le suivaient longtemps dans la rue, chez lui, en lui. S’il les additionnait, ça représentait un bon nombre d’heures, des kilomètres de questions et d’hypothèses, ce qui prouvait son intérêt pour la chose, ou tout du moins avait souligné sa discipline et sa volonté.

Mais son coeur, combien de fois avait-il bondi de joie dans le cheminement psy ? Le paliatif du suivi psy lui avait aussi évité de rechercher et construire réellement une relation : il en était resté au niveau du mental, à envisager des pistes et des solutions, à comprendre, mais si peu à vivre, ressentir et vibrer.

Le Toi du Moi

Assurément cette remise question de soi, cette mise en relief des excroissances de son mental et de ses sens avait inervé sa vie et avait eu un impact. Mais pas sur sa vie amoureuse. Restait donc cette impression de s’être illusionné, que la routine des rendez-vous l’avait vers la fin plus endormi qu’éveillé émotionnellement, qu’il avait dévié de sa problématique principale. Cette formule consacrée lui revenait : « Si ça ne va pas, tu devrais consulter ». Il n’avait jamais ressenti la solitude comme une tare, et ne pas trouver l’âme soeur n’est pas considéré comme un trouble mental. Par contre, la complexité des sentiments et la confusion brouille la vue et les actions. Mais la quête amoureuse n’est-elle pas, elle aussi, une énorme projection ??

Envolés, les agencements savants des paroles séduisantes et dansantes que sa bouche se plaisait à formuler avec gourmandise. Effacées, les circonvolutions parfois affolées que ses yeux avaient également tracé sur les murs, sur des plafonds devenus familiers. Il lui semblait avoir aujourd’hui pris une distance confortable avec ce processus qui conduit à vouloir donner du sens à chaque geste du quotidien, à chaque parole, et à investir la réalité avec de la symbolique, des images, des reflets qui toujours nous renverraient à notre propre vécu intérieur, s’enfonçant davantage dans les obscurités du souvenir et du doute.

« Quand je sens que je ne suis pas, je me rencontre… »

Plutôt que de suivre ce sentier obscur dans l’intimité de son soi, il avait à nouveau allumé la lumière pour embrasser la réalité, s’y jeter à corps perdu afin d’y trouver des réponses, d’y ressentir des émotions neuves. Il s’était aussi ennivré de sexe, avait multiplié les jeux de miroir avec d’autres hommes. Que de tentatives encore pour ressusciter le désir, et inévitablement tisser des liens amoureux, se mettre en attente ou en recherche. S’était-il lui-même un peu trop oublié ? Non, il s’était donné et avait beaucoup reçu. Il pouvait comprendre mieux certaines articulations relationnelles, soupeser les fils et envisager l’infinité des cheminements de la pensée, le poids du pathos, comme l’infinité des directions prises par chacun en fonction de son caractère, de son objectif ou de son destin et des ses besoins. Pouvait-il se situer parmi ces trajectoires infinies ? Il participait au moins d’une quête commune et ne sentait pas seul, et son état affectif variait en fonction des remous existentiels.

Un objectif en particulier, après le confort matériel, réunit beaucoup d’êtres humains : la quête d’un alter-égo dans l’infinité de la figure de l’Autre. Ce qu’on peut analyser sous le versant romantique et idéaliste, voire infantile et régressif, mais qui peut être vu également sous l’angle de l’impératif social, dans sa volonté de normaliser le vécu amoureux, les pulsions sexuelles et affectives peuvant être très violentes et destabilisantes socialement. Il faut donc prendre en compte ces tensions, la dépendance et la frustration physiologique ou sentimentale qui découlent des liens que nous créons, pour pouvoir harmoniser ses différences de niveaux énergétiques et continuer à être en phase avec ses besoins profonds et ses rêves. Aimer apporte un sentiment d’appartenance universelle, mais sert aussi à avancer. Pourtant, où se cache l’amour, ce matériau essenciel à la vie ?

***

La grande machine à faire parler l’inconscient avait envahi les consciences, qui pour la plupart se réjouissaient des passe-passe et des écrans de fumée qui hantent les séances de psychothérapie. Florent se rappelait des discussions sur le sujet avec des amis, des amies surtout, qui suivaient également une analyse. Sans déflorer tous les thèmes abordés, la famille revenant très fréquemment, ils sentaient une complicité secrète se nouer dans cet effort commun de toucher enfin chacun son Graal. Comme des étudiants qui se motivent pour un examen, comme dans un cercle d’initiés à l’Art Contemporain, comme pour une quête initiatique, pour un voyage intérieur

Ils savaient qu’une parole qui ne conduit pas au final à un acte constructif est une parole vaine, mais ils se rengorgeaient de mots usés en scéance, qui tournaient dans leurs bouches comme des poissons rouges, finalement muets et impuissants. Leur coeur demandait des émotions fortes, leur corps frustré attendait des expériences sexuelles, mais ils priviligiaient de boire la vie par le filtre de la parole… Au moins l’intellect se délectait-il de ces pirouettes et de ces entrechats. Finalement, avant d’être en phase avec la vie et les énergies constructives, on arrivait à créer de belles boucles narratives et réflexives, à enjoliver le sapin de Noël ou à visualiser l’arbre cosmique inversé que l’enfant continue d’arroser, tout au fond de l’adulte qu’il est devenu. La vie sait parfois faire de beaux cadeaux ! Mais c’est chez le psy qu’ils achetaient l’emballage.

dscn2632Certes une analyse aide à se positionner, il ne reviendrait pas là-dessus. Mais par exemple, la pratique du yoga, il l’avait su dès les premières tentatives, l’accompagnerait toute sa vie durant, tandis qu’il ne voyait plus aujourd’hui l’intérêt de franchir à nouveau le seuil du cabinet d’un psy.

Cette habitude, devenue une facilité grâce à une revenu décent, avait nourri son besoin de connaissance du monde, de son monde intérieur certes, mais aussi son besoin de réguler son relationnel. Pas plus, pas moins : il était entré en analyse par nécessité, une nécessité finalement moins aigüe que celle de travailler, pour manger et tenir un rôle social. Ainsi, en parallèle du milieu de l’édition ou de la publicité et des quelques figures marquantes qu’il y avait croisées et qui l’avaient aidé à se construire, Florent avait découvert la psychothérapie en tant que  patient mais aussi client, à travers une pratique morcelée mais cohérente. L’expérience elle-même lui semblait plus durable et révélatrice que ses propres phylactères, déroulés par kilomètres dans l’espace intime et confiné du cabinet noir. On s’y retrouve à deux pour aller vers un soi-même démultiplié, à fleur de peau, dans le labyrinthe des entrailles, dans les archives de la mémoire… Et puis ce sentiment amplement cultivé d’appartenir à une élite, d’entrer dans le vaste Club d’ une intelligentsia globalisée mais sans reél lien quand on suit une analyse, lui paraissait aujourd’hui tout simplement ridicule et prétentieux.

Postures et impostures

Il y a une esthétique de la psy, à laquelle thérapeutes comme patients dérogent très rarement. La situation formelle de la consultation. Le decorum importe également, on pensera bien sûr au  mobilier de style accompagné du tapis persan, le décor du cabinet « à la Freud » qui a fait le tour du monde Il faut savoir mettre le névrosé à son aise et meubler les séances…   Plus encore que le décor, qui normalise les rôles et les pétrifie. se déroule souvent une relation où les corps s’absentent pendant que l’esprit ondule, et qui invite les conventions sociales jusque sur le divan. Si elle permet un minimum de distanciation du psy vis-à-vis de son client, elle établit ou laisse un certain nombre de barrières là où de larges passages devraient s’ouvrir. Mais quel type de barrières ? Affectives, sexuelles, fraternelles ?… Le phénomène du transfert est lui même un fort transport dans les différents niveaux spirituels, que demander de plus dans ce contexte ?

Avoir le temps, les moyens et les capacités intellectuelles d’engager une psychothérapie est de fait un marqueur social fort, qu’on dévoile bien plus facilement alors que, il y a encore une ou deux générations, une telle démarche était considérée comme honteuse et dépravante. Au contraire d’aujourd’hui, où l’injonction du bien être est partout, au point de culpabiliser ceux et celles qui ne se sentent pas intégralement bien ou ne disposent pas d’un mental parfaitement équilibré…

La psychologie est donc devenue un marché divers et très vaste, avec la création d’une immense population d’obligés. D’un point de vue économique, c’est une nouvelle niche commerciale pour un domaine médical, au départ balbutiant et relié aux « maladies mentales ». Une aventure initiée par la psychanalyse freudienne au sein d’une élite socioculturelle et intellectuelle pour cette frange de la population, puis plus largement pour une caste de bourgeois aisés. Grâce aux différentes formes de psychothérapie, La pratique s’est étendue ensuite à une portion beaucoup plus large de la population. Et on ne compte plus aujourd’hui le nombre de publications abordant le sujet, chaque magazine féminin délivre son petit conseil psy-séduction, psy-famille, psy-bien-être du mois !… Il est facile donc, avec tant de règles et d’arcannes dévoilées, de tenir un rôle et de jouer le jeu.

sarahgoaer-vetagrande

Oeuvre de Sarah Goaër, Veta Grande, Zacatecas

Quelle place tient exactement la psychanalyse dans notre société ? Après avoir pris une ampleur incroyable au point de tenir un rôle de premier plan dans les pays occidentaux développés, elle semble actuellement en panne, voire en repli. Les grandes figures de la profession de défraient plus la chronique, les découvertes cliniques non plus. Comme leurs patients, ils paraissent se satisfaire de la routine, voire de la confidentialité. Ce sont les communiquants et les économistes, la logique marchande qui ont pris les devants de la scène médiatique, puis les people, puis le commun des mortels, grâce aux réseaux sociaux et à Youtube. La vague psy s’est aplanie, elle s’est réfugiée dans le traitement des cas particuliers, des individualités. Très rares sont les personnalités du milieu qui osent prendre position sur des sujets de société et dénoncer l’énorme aliénation en cours à l’échelle mondiale, les petits bobos et les gros dangers qui se précisent. Une neutralité de bon aloi sur la politique ou l’économique, l’écologie également, permet de préserver un grand marché de dupes. Il faut cependant noter la combativité de Gérard Miller, qui est un rare psychanalyste à affirmer ses positions politiques progressistes et toujours émancipatrices, et qui malmènent la grande foire consumériste et individualiste, et ont donc tout leur écho sur ce blog !

De temps en temps pourtant, une notion phare permet de régénérer le débat public sur la psy. Ainsi le terme de résilience que le neurologue, psychiatre et psychanalyste Boris Cyrulnik a « inventé » et mis à la mode il y a quelques années. Il a su admirablement bien faire glisser ce terme, issu de la physique, dans le langage courant pour animer les dîners : cette idée qu’un corps revient ou souhaite revenir à son état initial, naturellement, après un traumatisme. Ou plus particulièrement pour la psychologie, c’est cette capacité à dépasser un stress post-traumatique pour se reconstruire.  Sous cet aspect, ce terme est séduisant car il induit l’idée que le principal objectif est de revenir à un état idéal ou à une position moyenne, standard… Mais lequel, puisque nous vivons dans le changement perpétuel, puisque notre vie ressemble à cette rivière dans laquelle on ne se baignera jamais dans la même eau. Ou celui d’innocence et de pureté initiale de l’enfance ? Ce qui reviendrait à dire que l’expérience et la complexité sont accessoires, puisque l’essentiel est de retourner à un état parfait, d’être au confort dans sa coquille. Pourtant, la vie est fondamentalement inconfortable, ce qui nous pousse à agir et à nous remodeler, à nous affiner.

« Nous cherchons toujours à jeter un pont entre ce qui est et ce qui devrait être, et par là donnons naissance à un état de contradiction et de conflit où se perdent toutes nos énergies. »

Jiddu Krishnamurti

En travaillant sur l’individu, sur le particulier, sur le local, la psychanalyse a-t-elle réussi à changer le monde ? Les pays conquérants de l’Europe et d’Amérique ont-ils évolué en mieux depuis 130 ans environ que ce type de cure est apparu ? Les hommes et les femmes modernes sont-ils plus conscients, plus humanistes, plus transparents, plus responsables ?

Par capillarité, les effets bénéfiques de l’analyse personnelle sur nombre d’individus – et pas des moindres, ceux principalement issus des classes moyennes supérieures, des professions intellectuelles, cadres, responsables d’entreprise, tant d’acteurs de premier plan de la société postmoderne – auraient dû remonter par les liens personnels et les réseaux professionnels au cœur même des interactions humaines, par exemple en neutralisant les schémas contre-productifs comme les tensions hiérarchiques, ou encore les cadres paternalistes rigides, les relations de dépendance affectives, et irriguer d’une nouvelle sève l’ensemble du système, comme les petits ruisseaux font les grandes rivières. Or qu’en est-il de ce grand changement tant espéré par les pionniers de la psy et leurs disciples ? Un statu quo, un endoctrinement encore plus grand aux logiques de soumission, une fatigue généralisée des citoyens face à tant d’informations ingurgitées, une démission sur le terrain de la Cité et du politique ! Chacun préférant cultiver son jardin, jouir de sa liberté de penser et parfois de s’exprimer, tout en cautionnant les systèmes de domination les plus violents. Un conditionnement conscient de l’intime couplé avec un effacement sur le terrain social par défaut, une démission, un abandon d’une part de soi en quelque sorte…

img_0264L’altérité, qui est un socle de la vie en société est de fait en bien piteux état…  Augmentation du mal-être, recours massif aux drogues autorisées et autres corsets chimiques pour contrer ce sentiment de solitude et d’impuissance qui a envahi les esprits par tous les sens. De plus, les exigeances maintes fois ennoncées de performance, de compétition et d’autonomie dans les société de type néolibéral sont difficilement compatibles avec les qualités de partage, de compréhension et d’écoute, nécessaires pour construire une raltion durable. Les rapports humains ont perdu le liant érotique qui donnait tant de saveur au moindre des petits gestes du quotidien. On court donc chez le psy pour analyser ou se protéger d’un monde complexe et violent, individualiste pour gérer ses contradictions internes et ses phobies, mais aussi pour reconstituer son potentiel de séduction : on se rassurera quand à l’attraction, à l’intérêt qu’on provoque dans les yeux comme dans l’esprit du thérapeute, on brossera son narcissisme dans le sens du poil, en laissant pourtant son corps en suspens dans la salle d’attente.

Combien de patients sortent de chez leur psy, sans un regard d’empathie pour les migrants refoulés violemment par des robocops sur le trottoir d’en face, pour le SDF sans identité qui il y a encore 6 mois, était l’exemple type du jeune cadre dynamique ? De nouveaux modes de fonctionnement, de nouveaux modes relationnels se sont-ils mis en place ? Si on excepte le rapport au sexe, non, au bout de quatre ou cinq générations, la psychanalyse n’a pas changé le monde. Son impact fut surtout l’affaire de spécialistes en milieu fermé, la professionnalisation de tout un corps médical, en plus d’une banalisation avant tout littéraire et artistique.

Collaborations

Et puis cet aspect reste encore le plus aimable de l’activité des spécialistes de notre inconscient. Ceux-ci accompagnent, soulagent, parfois guérissent, en toute bonne volonté. Mais que dire de l’implication des sciences cognitives dans toutes les techniques de manipulation qui nous innervent désormais : publicité, politique, économie, médias et désinformation, conditionnement, lobbying… Il existe aussi une collaboration active de psychologues de haute volée avec des idéologies de l’asservissement. Elle se pratique quotidiennement au sein des centres décisionnaires, dans les multinationales, dans les places financières, dans les conseils en communications de nos hommes et femmes politiques. Voici le côté obscur de la Force, tandis que les thérapeutes qui réparent montrent le beau visage de la profession, et nous font croire à la gloire de Luc Skywalker et de la Princesse Leila, ou qu’une hiérarchie de sages, tel Obi-Wan Kenobi et des Elfes diaphanes, veillent sur la destinée des humains.

Plus généralement, les faiseurs d’opinion, les sociologues et les psys dragués par les grands médias participent à la fabrication ce grand rideau de fumée, tendu par le système actuel de domination du capital devant la réalité des choses et différentes vérités. Ce décalage entre les rêves ou les projections de certains, et la réalité vécue par la majorité, est actuellement résumé par le terme de dissonance cognitive. Si la réalité des conditions de vie de la population ou encore si la décision des électeurs ne correspond pas aux points de vues et aux choix de la classe dominante, pétrie de conventions bourgeoises et d’hypocrisie, il faut tout simplement changer la perception de la réalité ; sinon, par des procédures souterraines, remettre le peuple sur le droit chemin du productivisme/consumérisme et du nihilisme postmoderne.

krishnamurtiFinalement, la psy est fille du capitalisme. Cette idéologie qui, en donnant une valeur financière à tout, dépoétise et déshumanise tout ; qui en voulant créer du profit, engendre plus de déséquilibres et d’inégalités ; qui, en créant des besoins, crée aussi des manques et des frustrations au niveau matériel comme émotionnel. Par exemple, après les romans sentimentaux, le cinéma et la publicité ont popularisé le mythe romantique du Grand Amour. Ils ont aussi particulièrement idéalisé le rôle de la famille, de l’homme viril, du démiurge. Et la pression qui s’exerce à tous les niveaux pour réussir sa vie, s’épanouir sur le plan social  ou professionnel, amical, amoureux donne en creux une vision triste d’une vie banale, d’un parcours qui n’est pas celui d’un winner. Dans son besoin d’équilibre et de légitimation, mais aussi dans celui de perdurer, la société bourgeoise a donc généré une discipline qui permette de traiter ses effets pervers et destructeurs, comme un corps malade qui fabrique ses anticorps. Sœur du spleen baudelairien et mère du malaise dans la culture, la psychanalyse ne serait-elle qu’un épiphénomène, qui tendra à disparaître quand le monde changera de paradigmes et que la figure de l’individu tout puissant, mais aussi de la valeur financière déifiée, ne sera plus centrale ?

“L’énergie motrice du capitalisme est celle de la pulsion de mort, au sens freudien, heureusement mise au service de la croissance.”

Le capitalisme et la pulsion de mort. Bernard Maris – Gilles Dostaler

 

L’étoile noire

black-holeL’attraction-répulsion que provoque la figure du psy avec le phénomène du transfert affectif, et plus généralement le climat de mystère qui émane d’une analyse, la peur de l’abîmes des mots et la plongée dans les niveaux de conscience, me font penser à ces trous noirs, ou étoiles noires, qui après implosion et réduction en une masse d’une densité extrême, attirent touts les corps célestes qui passent à leur proximité. Ils attirent même lumière et énergie. Récemment, des astrophysiciens ont même constaté que ces monstres interstellaires recrachent de temps en temps de la lumière…

Un psy, pour pratiquer, doit au préalable avoir suivi une analyse, ou même continue la sienne en pratiquant. Il doit cependant conclure un grand cycle avec « l’analyse quatrième » (selon le Quatrième Groupe) où il soumet à un petit collège de sommités de la profession, des collègues plus expérimentés, l’analyse de son analyse. C’est un dispositif de contrôle et de supervision de la matière analytique, qui donnera autorité ou pas dans la profession.

Ce processus de contrôle et de sanction, qui est aussi une mise en abîme, est certainement passionnant. Pour autant, on comprend comment l’univers de la psychanalyse, et plus généralement de la psychothérapie, se nourrit des névroses et du refoulement des uns et des autres. Le psy semble avoir réglé ses problématiques personnelles les plus lourdes, mais la dynamique qui relie patient et thérapeute est un même mouvement qui va de l’individuel à l’individuel, et dans lequel l’universel reste au second plan. Bref, on décrit des mouvements concentriques de plus en plus amples, mais le Moi et son ego reste le centre de toute l’architecture.

L’issue ne serait-il pas le décentrement, le détachement justement ? Savoir relativiser ses problématiques et ses doutes en regard de l’autre, des autres, certes, mais aussi se libérer de cette tyrannie du Moi, qui semble ici, telle la force d’attraction des planètes entre elles, le mécanisme principal de toute la complexité cosmique. Repenser le postulat de la relation exclusive (à la mère, à son psy, à son miroir, au sein du couple…). Les trous noirs seraient des portes d’accès à d’autres espace-temps, à la quatrième dimension. Pourtant l’analyse ne doit pas être une échappatoire vers d’autres mondes idéalisés ou fantastiques, mais une prise de conscience, ici et maintenant. C’est bien pour cela que la pratique d’une analyse, selon la méthode et les objectifs actuels, est rarement couronnée de succès, car elle enferme dans un tissu de confort, dans les voiles de la projection et de la symbolique plus qu’elle ne libère le fil de la parole. Ah, ce thème oedipien cent fois scandé, le retour à la mère ou le meurtre du père comme triste salvation des âmes en peine…

« Une chose que beaucoup ont cachée ou n’ont pas voulu voir : Freud était beaucoup plus névrosé que ce qu’il a laissé paraître. Ses comportements variaient de l’admirable (lors de sa maladie) à l’odieux (avec ses disciples, par exemple). »

Emilio Rodrigué

Sur l’écran noir de mes nuits blanches…

camera-obscuraIl est remarquable de constater que la naissance de la psychanalyse coïncide parfaitement avec la naissance du cinéma, vers la fin du 19e siècle, exactement en 1985. Le 7e art et la pratique analytique, tous les deux en devenir, proposent de (re)vivre en différé une histoire, une narration, des émotions, des drames et des passions… De rejouer jusqu’à la perfection un événement, en utilisant des acteurs, en usant de montages, de coupures et d’ellipses significatives, de fondus enchaînés. Bref, de construire un univers basé sur les rêves, les désirs et la projection, dans l’espace d’un cabinet noir, d’une camera oscura ou d’une salle obscure.

Pour autant, on sait que le film se termine quand apparait sur le grand écran le mot FIN suivi du générique, alors qu’on ne sait jamais exactement quand et comment conclure une psychothérapie, dont on est à la fois le scénariste, le réalisateur et l’acteur principal. Même après avoir conclu un cycle, un épilogue est toujours possible, grande la tentation de rallonger la sauce avec un nouvel épisode, une suite, le make off qui vous donnera toujours le premier rôle, changera la profondeur de champ, les angles, tout en vous provoquant encore un frisson du suspens et de nouveauté. La narration autour du Moi peut sans cesse s’enrichir, mais ne s’agit-il pas de percer l’écran, de traverser ce Moi ?…

S’il y a une figure cinématographique particulièrement représentative de cette imbrication ciné-psy, c’est bien Woody Allen. Mettant en scène ses propres névroses personnelles, ses problématiques familiales et la pulsion sexuelle, il a su capter l’attention de nombreux spectateurs dans le monde, et particulièrement en France. Ce personnage égocentrique et mysogine a concentré, dans son obsession de la recherche de satisfactions immédiates (en général le sexe, la reconnaissance et l’aisance matérielle qui va de soi), la quête du serpent qui se mord la queue et n’est jamais satisfait, celle du consommateur blasé ou du citoyen postmoderne désabusé, qui est formaté par un système et ne s’en échappe qu’á travers de micro-avanetures qui prendront une dimension universelle le temps de la projection et grâce à la magie d’une chaìne de production-distribution parfaitement huilée et de plus en plus attendue et consensuelle.

Woody est devenu une caricature. Il représente cet homme post-moderne souffrant de manques cruels, qui ne peut pas s’aimer mais qui exige que les autres l’aiment. Comme il ne pourra définitivement pas changer, il prend la posture comique, sentimentale ou attristé, fait de la diversion son unique moteur – diversion également dans les thèmes et les styles cinématographiques, tout au long de la carrière de l’auteur, la constante étant l’environnement familial et privé omniprésent – car il a tellement peur que ses repères bien confortables dans lesquels s’épanouissent ses phobies disparaissent. Un anti-héro moderne certes, mais aussi un contre-exemple pour une libération personnelle.

« il existe une loi de la nature qui pousse l’homme aussi bien à s’aimer lui-même et à s’unir (s’intégrer) à lui-même (Éros agissant en faveur du Moi) qu’à aimer son prochain et à s’unir avec lui (Éros agissant en faveur des objets, le poussant à s’identifier à eux). Et cette loi le pousse, enfin, à lutter avec cette force (Éros) contre Thanatos… Éros, notamment indique en tant que voie et fin : sur le plan pulsionnel, l’union sexuelle ; sur le plan des sentiments, l’amour ; sur le plan mental, la connaissance, qui est également l’union entre le sujet et les objets ; et sur le plan spirituel, volitif, éthique ou quelle que soit l’appellation qu’on veuille donner au plan spécifiquement humain, l’union entre la connaissance des lois de la nature et ce que l’homme fait, cette connaissance devant se transformer en loi de notre volonté et notre action. »

Leon Grinberg

trou-noir

L’éclipse de l’Autre

La logique narrative, qui nous pousse à simplifier et à réécrire, mais aussi à uniformiser et à lisser le fil de notre vie pour lui donner du sens, parfois un sens unique, a-t-elle appauvri les relations humaines ? Je ne sais pas si dans ce processus d’autonomisation, chacun y a plus à gagner qu’à perdre… Cela dépend à quelle partie de notre être on s’adresse, me répondrez-vous. Effectivement, le fait de se conscientiser sur ses actes ou la moindre de ses paroles peut être vu comme un progrès, mais c’est aussi une manière de s’isoler du reste des interactions humaines. Or la solitude est souvent envisagée comme une mise à l’écart, alors qu’un repli sur soi, une autoréflexion devrait permettre vivre en bonne entente avec soi, de s’entendre et de s’écouter, et enfin de relativiser. Pour cette dernière action, il est nécessaire de savoir s’ouvrir au monde et donc de travailler sur certains blocages. Et surtout de vivre les choses au moment présent, et non en différé dans le cabinet du psy. Un cheminement qui ne peut se faire que dans un contexte « réel », c’est pourquoi une analyse se prolonge en dehors.

« La solitude n’arrive pas du fait de ne pas avoir de personnes autour de toi, mais pour ne pas pouvoir communiquer les choses qui te semblent importantes, ou pour maintenir certains points de vue que les autres considèrent inadmissibles. »

Carl Gustav Jung

pore-ceramique-claudia-fontes-05

Pore ceramique – Claudia Fontes

Pour autant, nous vivons dans une société qui a rompu les liens avec l’univers et son environnement immédiat. En prenant nos désirs pour la réalité, nous risquons de devenir des êtres hors sol. Or aujourd’hui, après la mort de Dieu, nous voici responsables de notre monde, et le seul retour censé vers nos origines comme le à notre avenir, me semble être une question éminemment écologique, car de notre impact sur la terre dépend la survie de l’espèce humaine, ainsi que de celle de nombreuses autres espèces végétales et animales. Pourquoi notre mode de vie porte au pinacle la relation amoureuse parfaite, le rêve d’une la plénitude qui sera toujours momentanée et en pointillé pour le meilleur des cas, alors que notre attention, notre effort, notre amour pourrait aussi se porter sur d’autres sujets non moins essentiels pour notre destinée. Hors dans la hiérarchie de nos priorités, la conscience du commun (mise en avant par le communisme et pervertie par tous les types de stalinisme) occupe une part infime de nos préoccupations concrètes. Ainsi l’électeurs ou l’électrice, par exemple pour les prochaines élections présidentielles en France en 2017, qui in fine va avant tout se choisir une figure tutélaire, un substitut sentimental, un père ou une mère autoritaire qui le déresponsabilisera, plutôt qu’un programme qui porte des choix et des options politiques déterminantes qu’il ou elle partage. On reste dans l’irrationnel, pour un sujet qui exige toute la raison.

ondes-gravitationnelles-jpg_1280x1920

Ondes gravitationnelles

Dans  cette perspective, la sublimation de l’Amour en tant qu’aventure personnelle et comme unique levier à portée de main, est un pis-aller. Quand on recherche à se libérer, pourquoi sacraliser un nouveau lien, un attachement unique et exclusif ? Je me rappelle de ces deux amis parisiens vivant en couple avec enfants, qui représentaient pour moi l’exemple type d’une relation fusionnelle – donc parfaitement aboutie – alors qu’entre deux déchirements, tromperies et hypocrisies familiales, ceux-ci me décrivaient combien l’amour pouvait être une maladie, un enfermement (enfermedad en espagnol), un attachement supplémentaire. Ils me disaient aussi qu’en couple, on étai non pas 2 mais 4, chacun enfermé dans sa dualité, à se battre et à s’épuiser, quand les bases de la relation sont biaisées puisque posées sur le besoin de l’autre comme supplétif. Et c’est demander à son ou sa partenaire de jouer, à son corps défendant, le rôle de confident(e), mais aussi de l’analyste ou du / de la thérapeute. Et inversement…

La résolution du dualisme

img_0343La fusion amoureuse est-elle à mettre en parallèle ou en opposition avec la fusion avec soi, en soi ? Certainement, mais laquelle des deux ressemble davantage à un mirage, une chimère ? Laquelle est la plus persistante ? Afin de ne pas se battre douloureusement, inutilement à deux, dépasser ses propres contradictions est révélateur, et c’est souvent le travail d’une vie… On pense au double divin, mais aussi au fait que nous avons deux hémisphères cérébraux, un gauche et un droit qui abritent différentes fonctions et parfois se contredisent, s’opposent… On doit apprendre à composer avec cette dualité dans l’absolu, mais aussi au jour le jour : savoir quelle fonction mentale est plus apte à traiter un problème particulier, ce qui relève de l’affect et comment nos sentiments nous aident à nous construire et non à complexifier les situations bien réelles que nous vivons, que nous provoquons. On pense aussi au manichéisme qui explique qu’en nous se mêlent et se confondent le bien et le mal, le lumineux et l’obscur… À accepter notre condition humaine.

Avant toute décision importante, il faut laissons les choses influer et se décanter, la solution se mettre en place grâce notamment à l’introspection, la méditation. Le temps sait faire son œuvre. Or le capitalisme du flux tendu a un besoin vital de décision immédiates, de trancher dans le vif en d’urgence, au quart de seconde ; c’est même de l’ordre du centième de seconde pour les ordres boursiers pris par des machines selon les algorithmes afin ne pas louper une bonne affaire, une plus-value, un bénéfice financier temporaire. Selon cette logique omniprésente, le temps long n’est pas rentable ni profitable, le futur est trop abstrait…

D’une même manière, notre espace intime est compartimenté par la nécessité d’hyperspécialisation du monde du travail et des tâches sociales. Nous nous devons de fluidifier nos circuits neuronaux, voire de les court-circuiter pour être avant tout productifs et participer de la réalité purement sociale. Nous devons nous conformer et parer au plus urgent : survivre socialement. Notre réalité n’est plus reliée aux souffles universels, c’est la raison pour laquelle nous croyons que la seule issue est le Moi. Voyons ce que propose Carl Gustav Jung :

Selon Jung, le but d’une vie est de passer de l’ego, notre petite personne, au grand Soi grâce au « processus d’individuation ». Il s’agit d’un cheminement intérieur par lequel nous allons tenter de devenir le plus conscient possible, afin de nous « auto-engendrer » en tant qu’individu particulier, homme parmi les hommes, mais unique. Une seconde naissance, en quelque sorte. Pour Jung, l’enjeu est d’importance.

Jung ne coupe pas le contact avec l’extérieur, qu’il considère comme notre milieu vital. Il s’intéresse particulièrement à l’articulation des univers et des niveaux de conscience, et donc à la communication, aux passages entre différentes zones. Il parle même « (…) des épousailles, dans l’être, de son conscient et de son inconscient ». Intégration, incarnation de l’ÊTRE.

Contrairement à Freud, Jung affirme que nous possédons deux inconscients : l’un individuel, où parlent nos névroses et conflits personnels ; et l’autre collectif, qui nous raconte une histoire universelle, peuplée de héros (Œdipe, Icare ou… la Belle au bois dormant) et de symboles communs à toute l’humanité. Car « devenir conscient de son soi, c’est permettre à l’univers de devenir conscient de lui-même ».

Freud n’a jamais pu faire de la psychanalyse une science exacte, Jung conseillait de vivre sa vie avant tout, intensément, pleinement… La pratique d’une cure analytique ne garantit pas non plus de succès de la chose. Aussi, il faut savoir alterner les états : se mettre en retrait, ne pas systématiquement vouloir occuper le premier plan pour laisser l’autre, le monde, la réalité advenir. Parfois au contraire, il faut se mettre en avant, s’exposer, s’aventurer, toujours dans cette idée de rencontrer l’autre, se positionner entre projections (et mirages) et réalité effective. Le nouvel équilibre est-il dynamique ou statique ?…

Connaître signifie « naître avec ». Renaître en soi grace à une meilleure prise en compte de toutes ses facultés et toutes ses facettes de son moi pour s’en affranchir et grandir avec un autre, avec d’autres, dans l’acceptation des projections et en favorisant des relations qui élèvent les différents champs de conscience. C’est la définition d’une analyse réussie comme d’une relation amoureuse adulte, plus consciente et ouverte au monde, à la fois fluide, vivante et curieuse. C’est ainsi que, en acceptant et en canalisant les ondes émotionnelles et les interférences vibrationnelles internes ou externes, une forme d’énergie indispensable à la vie en soi comme autour de soi, on peut enfin dépasser ses contradictions pour s’assumer en tant qu’être vivant entier, autonome, reconnaissant et heureux de son existence sur terre, mais aussi responsable et solidaire.

« L’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs. »

Oscar Wilde

L’amour, c’est aussi la justesse, l’exactitude qui mènent vers les vérités indispensables à sa propre construction comme à celle de tout être humain. Il est parfois vécu comme une souffrance – la vérité sait être douloureuse quand la réalité s’impose – alors que c’est principalement une délivrance, l’abandon des liens régressifs, des faux-semblants. La conscience se libère, les perspectives s’ouvrent tandis qu’on se remet en bon ordre. On n’expérimente pas une division de soi mais une multiplication de tous ses potentiels. S’ils ne sont pas infinis, ils ne peuvent se résumer à adopter les stéréotypes et les prêt-à penser de son époque.

C   O    N    N        I     T     R     E

Florent s’était à nouveau frotté à la réalité, le Mexique lui avait ouvert les bras. Il y avait joui, respiré, étouffé, pleuré, aimé, il s’était dépassé et avait retrouvé toute la gamme des sentiments et du désir. Il avait aussi appris à accepter la complexité de l’humain, la pluralité des expériences et des options. Mais en s’immergeant dans le courant vital et la dynamique relationnelle, en acceptant le jeu de la séduction, il avait pu remettre en synergie ce dont son esprit, son coeur et sa sexualité avaient principalement besoin : d’écoute, de clarté et de cohérence. La confusion retrouvée à l’autre bout du monde l’avait obligé à vivifier sa lueur intérieure.

Chaque cheminement est unique, chaque existence humaine représente un univers mystérieux, un agencement sophistiqué et délicat. Sachons repérer les indices et les étoiles qui guident nos pas, afin de savoir danser sur toutes les mélodies et les rythmes de la vie !

Florent Hugoniot, Querétaro, 01/04/2017

Labyrinthe du Maze, Longleat, Angleterre

****************************************************************************

Photos de l’espace : copyright NASA

SOURCES :

https://www.legrandsoir.info/mediocratie-ultimes-soubresauts-de-l-ere-darwinienne.html

http://www.lexpress.fr/informations/la-psychanalyse-a-change-le-monde_636862.html

La fabrique de l’âme standard, par Eva Illouz : https://www.monde-diplomatique.fr/2011/11/ILLOUZ/46926

http://www.lepoint.fr/chroniques/pourquoi-les-mediocres-ont-pris-le-pouvoir-page-2-16-01-2016-2010535_2.php#xtatc=INT-500

https://blogs.mediapart.fr/diogene-junior/blog/251010/dix-strategies-de-manipulation-de-masses

http://presenceasoi.be/soyons-spirituellement-incorrects/

Carl Gustav Jung

https://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Gustav_Jung

https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychologie_et_Alchimie

http://www.psychologies.com/Therapies/Psychanalyse/Inconscient/Articles-et-Dossiers/Pourquoi-Jung-est-a-la-mode/4Un-inconscient-peuple-de-divinites

22 frases de Carl Jung que te ayudarán a entenderte a ti mismo y a los demás

A propos lapartmanquante

Part-iciper, part-ager, part-faire, part-ir, partout et par ici !
Cet article, publié dans Flux du langage, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Sortir du labyrinthe de l’ego

  1. Les liens d’attachement : s’en libérer !
    Parce qu’on crée tous des liens d’attachement sans s’en rendre compte ! Mais d’abord, qu’est-ce que c’est ? Explication en BD : https://fannys.fr/les-liens-dattachement/

  2. Ping : Les mots nous mentent et nous aimantent | lapartmanquante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s