Oaxaca street art 2 – automne 2020

Voilà une deuxième sélection d’oeuvres street art, plus graphiques et récentes. La gravure continue de s’exposer sur les murs de la ville de Oaxaca, ce qui est d’ailleurs devenu partie intégrante de la « marque » Oaxaca. Les services touristiques ont su s’approprier l’esprit politico-artistique rebelle datant des émeutes de 2006, pour vendre un paquet all inclusive aux visiteurs étrangers avides de culture locale, qui marie habilement la culture institutionnelle (les nombreaux musées d’art et d’archéologie), artisanale de luxe (les ateliers d’alebrijes et de céramique dans les environs de la ville), avec les expressions plus rebelles qui sont constamment rafraîchies par les collectifs de gravure ou des artistes indépendants, dans le centre historique,

La tonalité obscure des premières oeuvres du diaporama sont issues d’un collage mosaïque situé en face de Santo Domingo. Beaucoup de diables et diablesses, peut-être parce que depuis mars, nous ne sommes pas tout à fait sortis de la période de carnaval-Covid19…

Bonne visite !

Florent Hugoniot

Publié dans Sous la nappe | Laisser un commentaire

Oaxaca street art 1 – automne 2020

Voici une nouvelle série de fresques photographiées dans la ville de Oaxaca, du Cerro del Fortín au périphérique, en passant par les rues du centre historique. Ce ne sont pas les oeuvres les plus récentes (elles datent de 2018-2019), mais elles sont emblématiques de la culture populaire oaxaqueña.

On reconnait les figures de Maria Sabina, Benito Juarez, Martin Luther-King (fresque du passage souterrain pour aller à l’Observatoire du Fortín) et les mythes et divinités précolombiens revisités : Tlaloc, dieu « à lunettes »de la pluie, des eaux célestes et des tremblements de terre ; le Jaguar, gardien et guide du monde souterrain, des forces telluriques, de l’inconscient et de l’intuition ; Ève-tentatrice et le serpent-connaissance pour l’influence judéo-chrétienne venue d’Espagne.

La Mort est également présente dans cette sélection d’oeuvres, particulièrement en cette période de l’année qui correspond à Día de Muertos. Mais on se contentera aujourd’hui de ces images, car toutes les cérémonies associées à cette fête mexicaine sont annulées en 2020 à Oaxaca pour cause de covid19.

Bon diaporama !

Florent Hugoniot

Publié dans Sous la nappe | Tagué , , | 1 commentaire

Street art sur la côte pacifique 2 – Oaxaca 2018-2020

La saison des pluies – longue, fraiche et humide en cet été 2020 – ferait presque oublier qu’Oaxaca est un pays de soleil et de fortes chaleurs ! Heureusement, les jours pluvieux passent, pendant lesquels on retrouve et classe ses photos-souvenirs. Certaines revivent, reprennent des couleurs pour s’envoler du smartphone à l’ordinateur de bureau (magie du réseau sans fil), me permettant de composer le diaporama qui suit. Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

2020, prêts pour une nouvelle odyssée spatio temporelle ?

 

Chaque jour, au lever du soleil, le monolithe gris se dressait au milieu de l’horizon. Il était là, fidèle au rendez-vous, surplombant les toits et le paysage, donnant à voir le mystère de la création. Il imprimait aux nuages leur sens de rotation, il marquait d’un point le cycle infini des heures et du temps, passage du jour à la nuit, d’aurore à crépuscule, tout en soulignant l’énigme des espaces immenses. Observer ce repère familier, un phare aveugle parmi les cieux changeants, était devenu un rituel matinal, un des premiers gestes du jour à peine en éclosion. Lire la suite

Publié dans Bref, en bref, pour faire bref…, Flâneries ondulatoires | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Street art sur la côte pacifique 1 – Oaxaca 2018-2020

Petite nostalgie de fin d’été ? Les vacances se terminent ou glissent déjà dans le passé, les photos-souvenirs s’envolent encore un peu par ci par là, papillonnent avant de se ranger sagement dans un coin de notre mémoire, dans un fichier numérique…

Hop hop hop, on ne perd pas le rythme, et on part pour un petit recorrido photographique en deux étapes sur la côte pacifique de Oaxaca, avec des images de murales (fresques de street art) saisies entre 2018 et 2010.

Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Le bal des masques

Le moment Covid19, avec l’obligation ou la vive recommandation de porter des masques hygiéniques de protection dans les espaces publics fermés, même dans les rues et les places de nos villes, a recomposé notre paysage humain et urbain. Les sourires ou les grimaces se voilent la face. Et l’expression non verbale se trouve amputée de l’expression des sentiments sur le visage. Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Le temps des nouvelles croyances

Ce texte propose une réflexion sur le « moment Covid19 », avec en toile de fond un regard en miroir entre la société française et la société mexicaine, après un tour d’horizon des forces en présence sur le terrain mondial. Les illustrations, des œuvres du street art parsemant les rues du centre-ville de Oaxaca, sont libres de droits.

 

« Et chacun croit fort aisément
Ce qu’il craint et ce qu’il désire. »

Jean de La Fontaine – Fables, le Loup et le Renard

 

Les croyances font-elles partie désormais d’une époque révolue ? Il est permis d’en douter, au vu de l’enchainement des réactions de peur et de panique que l’apparition d’un nouveau virus mortel, le Covid19, a généré dans nos sociétés globalisées du XXIe siècle.

On avait plus ou moins constaté, depuis le Positivisme initié par Auguste Comte – mouvement philosophique apparu au XIXe siècle, et reposant sur la validation de la connaissance à épreuve des faits – que la Science, en parallèle des immenses progrès qu’elle a permis de faire dans pratiquement tous les domaines, principalement dans la philosophie, la médecine, les arts et les techniques, avait pris en quelque sorte la place laissée vacante par la religion chrétienne, en perte de crédibilité et d’emprise sociale depuis le XVIIIe siècle des Lumières. Or la science fut et reste le principal levier dans l’essor de l’Occident pour sa suprématie mondiale. Si cette avance scientifique était talonnée et parfois devancée par l’ancien bloc soviétique (ex-URSS et satellites, pays de l’Europe de l’Est, Cuba) pendant l’époque de la guerre froide, notamment au niveau nucléaire et pour la conquête de l’espace, la longue suprématie de l’Occident est aujourd’hui véritablement contestée par les sociétés asiatiques (Asie du Sud-Est, Chine et Inde). Le Japon ayant été, depuis l’ère Meiji, un intéressant modèle de composition entre le respect des traditions et de la culture  propre à ce pays, et de la « modernité » internationalement partagée et multipliée, tout en faisant partie du camp occidental depuis sa défaite dans la seconde guerre mondiale. En parallèle, les pays membres de l’OTAN sous leadership étasunien, voient aussi leur stratégie de domination militaire de plus en plus mise à mal dans leurs anciennes zones d’influence comme le Moyen-Orient, l’Amérique latine ou l’Afrique. Lire la suite

Publié dans La réalité recomposée, Stratégies animales | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 commentaires

Santos desconocidos de Oaxaca, signés MWH

Ces derniers mois se sont multipliés dans les rues de Oaxaca, des portraits peints à la gouache sur petit format, collés sur les murs des immeubles catalogués et les façades multicolores du centre-ville historique. Chaque portrait, qui semble inspiré par un personnage réel, est entouré d’une auréole lui conférant une forme de sainteté byzantine et d’éternité dramatique, inspirée des Symbolistes de la fin du XIXe siècle. Ces gouaches aux traits de pinceau vigoureux sont signés MHW, parfois Memo ; mais une recherche sur la Toile n’a pas permis d’en savoir plus sur cet artiste urbain. On peut au minimum constater que MHW est particulièrement inspiré par les modèles féminins, et avancer que le portrait masculin ci-dessous est possiblement un autoportrait. Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Le cerro San Felipe

 

Alberto s’était réveillé ce dimanche avec un désir et un objectif réunis sous une même forme : le cerro San Felipe, une éminence montagneuse qui s’élevait chaque jour face à lui, au nord de son appartement.

Du deuxième étage, il avait une très belle vue dont il pouvait profiter à toute heure, un panorama de 300 degrés donnant du Sud-Est au Sud-Ouest. C’était d’ailleurs en grande partie pour cette vue qui embrassait la ville et ses environs, où survolaient les chaines dispersées des vallées centrales de Oaxaca, qu’il avait élu domicile dans ce quartier populaire. Son logement se situait en pointe d’un bâtiment vert pâle de deux étages, émergeant de la nonchalante horizontalité urbaine, livrée au soleil, à la pluie et aux quatre vents, tendu vers l’extérieur et l’écume des jours telle une proue de bateau.

C’était une journée parfaite pour une balade matinale à vélo. Mais plus que cela, Alberto ressentait que cette journée à peine en éclosion serait le temps et le lieu d’un moment précieux, patiemment ouvragé dans la douce pénombre de ses songes. Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Carnaval de San Martín Tilcajete, Oaxaca 2020

San Martín Tilcajete est un village qui se trouve à une vingtaine de kilomètres au sud de Oaxaca. Ce municipio est très réputé au Mexique pour sa production d’alebrijes, ces animaux fantastiques aux formes composites, sculptés dans du bois, assemblés puis finement peints, aux gammes de couleurs sophistiquées et souvent intenses. Les alebrijes ont fait le tour du monde dans les magazines de déco et les musées, et je laisse juste deux lien ici et , afin de vous faire une idée si vous n’êtes pas encore tombé sous le charme azteco-oriental de ces dragons, cervidés, chats et guépards au regard halluciné, hypnotisants. Lire la suite

Publié dans La réalité recomposée, Stratégies animales | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire