La Bocana

Bouche fermée

Yeux ouverts

La ligne de flottaison est médiane

L’eau douce, tiède comme mon corps chocolat

Qui se liquéfie.

Glaise, gris, glisse

Tendre les bras.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Tamaaaaaales !!

Pourquoi déguste-t-on des tamales le 2 février au Mexique? L’explication vient de Día de los Reyes Magos ou Jour des Rois selon le calendrier chrétien, soit le 6 janvier lorsqu’on partage la rosca de Navidad (couronne de Noël). Celle-ci contient une ou plusieurs fèves sous la forme d’un petit bonhomme blanc appelé niño Jesus. Selon une tradition populaire mexicaine,celui ou celle qui en trouve un dans sa part se doit d’inviter toute l’assemblée présente à manger des tamales le jour de Calendario (la Chandeleur). C’est un même 2 février, quarante jours après sa naissance, que le futur Christ fut présenté au Temple selon le rite juif.

Les tamales sont un plat typique du Mexique, leur origine est mésoaméricaine de l’époque préhispanique (entre 800 et 500 avant J.-C). Il se compose d’une pâte de maïs avec différentes garnitures qui est cuite à la vapeur, enveloppée dans une feuille de banane ou dans des feuilles séchées d´épi de maïs. Le mot tamal vient du Nahuatl Tamalli et signifie enveloppé. Les tamales sont généralement consommés salés – il y en a une grande variété – plus rarement sucrés. Il y aurait plus de 500 recettes différentes dans tout le pays, je vous recommande celles qui suivent, elles sont succulentes !

Lire la suite

Publié dans Comment peut on être mexicain, La part cachée, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois contes d’hiver – 3

Playa Mermejita, Oaxaca

Z

Le panteón de Punta Cometa

Rarement j’aurai découvert un cimetière aussi vivant. Certainement du fait du culte des morts répandu au Mexique – les Oaxaqueños vouent beaucoup de respect à leurs ancêtres – mais aussi de son emplacement au croisement des chemins. Ce panteón surgit à la fin d’une route qui grimpe sèchement depuis la plage principale de Mazunte en direction de la prééminence rocheuse appelée Punta Cometa ou la sauvage plage Mermejita en contrebas, avec ses fameux couchers de soleil. Cet itinéraire est de plus en plus emprunté, la côte de Oaxaca étant devenue peu à peu un des fleurons de l’industrie touristique mexicaine tant au niveau national qu’international.

Le petit cimetière pittoresque semble à peine sorti de la terre et sans âge. Il n’a pas de muret ni de porte principale. Chacun peut y pénétrer comme il veut, même si cet espace sacré n’est jamais foulé par les pieds des touristes. Il accueille sans distinction d’âmes celles des premiers pêcheurs établis dans la crique, pas plus de 3 ou 4 familles, puis celles des commerçants venus de Puerto Escondido ou de plus loin dans le pays, celles des chasseurs de tortues marines, celles des familles natives qui ont prospéré grâce à la l’explosion de écotourisme et ont participé à l’essor de cette zone côtière, à ses mutations.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, La réalité recomposée | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois contes d’hiver – 2

Y

Potchutla – Tel Aviv – San José del Pacifico

La nuit tombe subrepticement et me vois obligé d’écourter ma dernière soirée sur la côte pacifique. Aucun moyen de choper un suburbano au départ de Zipolite, ils sont déjà tous pleins m’assure la réceptionniste de la petite agence de la compagnie Lineas Unidas. Même son de cloche à Eclipse. Qu’importe, je dois absolument être à Oaxaca en début de matinée, donc je n’ai d’autre choix que d’aller à Potchutla où les minibus partent toutes les heures du jour ou de la nuit pour la capitale.

Assez rapidement je rejoins la ville de Pochutla en colectivo, et réserve à l’agence Eclipse un siège situé juste derrière la place chauffeur, afin de ne pas être trop balloté dans les virages et pouvoir dormir un peu pendant le voyage de 6h30. Le prochain bus part dans 20 mn, juste le temps d’acheter de l’eau et un en-cas. Je laisse mes affaires sur un banc dans le passage des véhicules, sous la surveillance imaginaire d’un jeune couple de touristes occidentaux qui attend avec excitation le signal du départ. Puis je reviens et finis par tuer le temps en marchant dans le le parking-jardin au fond de l’agence et en fumant.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, La réalité recomposée | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois contes d’hiver – 1

x

La femme dévoilée

Trois ou quatre petits chiens, un plus élancé, un autre plus massif, courent après une noix de coco sèche au bord de l’eau. La jeune femme qui encadre la petite troupe donne des signes d’impatience. Elle porte une tenue de ville et aimerait récupérer la balle improvisée pour repartir au plus vite avec sa suite animale. Mais les chiens continuent leur manège, comme des musiciens lancés dans une folle improvisation, et elle finit par les laisser jouer, impuissante. La jeune femme s’absente et disparait de la plage…  les vagues ne peuvent pas non plus mettre fin à leur va-et-vient, à la ronde sans fin de l’écume mousseuse et au chant de l’eau salée.

***

Plus tard, lors du passage lent et nostalgique du jour à la nuit, une femme marche seule sur ce même sable mouillé. Elle n’attend personne et, légère, se dirige vers le nord-ouest de la plage, une zone presque toujours déserte. Tout est à elle, pour elle, devant elle, et ce que ses pieds nus devancent quitte progressivement son champ de vision, un peu comme des éléments de son passé basculeraient les uns après les autres dans le néant, les brumes de son inconscience ; de sombres pensées s´évanouissent dans l’air humide du soir. Elle absorbe l’oxygène de tout son corps, elle est elle-même l’inspire des vagues, l’expire des nuages, la marée, l’alternance du soleil et de la lune, le souffle cyclique et éternel des éléments qui l’entourent.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, La réalité recomposée | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tour street art de bici – Zaachitla, Oaxaca

durante el recorrido street art, Zaachila, Oaxaca, México – 2021

De madrugada en este domingo de otoño, un pequeño grupo esperaba tranquilamente delante del campo cubierto de basket casi a la entrada de la ciudad de Zaachitla, ubicada a unos quince kilómetros al sur de la Ciudad de Oaxaca. Madres de familia con sus hijos, locales y familiares llegaban progresivamente al lugar de las citas. Todos en bicicleta y enmascarados para respetar las instrucciones y gestos de las barreras. La gorra y la loción solar se recomiendan sobre todo. Dos policías esperaban, listos para supervisar la manifestación, con el fin de garantizar una mayor comodidad de circulación a los participantes, especialmente en el centro de la ciudad.

El primer Tour Street Art en Bicicleta, Zaachila, Oaxaca, comenzó en julio de 2015 y sólo ha tenido lugar tres veces desde entonces. Según un tema propio y trabajado durante todo un año, las tres manifestaciones se desarrollaron al mismo tiempo que dos eventos culturales de gran importancia en Oaxaca: la Guelaguetza (fines de junio-principios de agosto) y la semana de Día de Muertos (Día de Todos los Santos).

Los artistas callejeros invitados suelen ser artistas emergentes. A veces este proyecto comunitario recibe apoyo financiero, lo que permite traer artistas y, cuando es posible, pagarles el transporte, al menos ofrecerles un apoyo material y un hospedaje en el lugar.

Lire la suite

Publié dans Promenades dans le réel, Street Art | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Zaachila street art – Tour à vélo

Au départ du Tour street art de à vélo dans Zaachila / List@s para el Tour de bici street art de Zaachila!

De bon matin en ce dimanche d’automne, un petit groupe se constituait tranquillement devant le terrain couvert de handball presque à l’entrée de la ville de Zaachitla, située à une quinzaine de  kilomètres de Oaxaca. Des mères de familles avec leurs enfants, des locaux et des proches arrivaient progressivement au lieu de rendez-vous. Tous à vélo et masqués pour respecter les gestes barrières , certains casqués –  la casquette et la lotion solaire sont surtout recommandées. Deux policiers attendaient, prêt à encadrer la manifestation, afin d’assurer un meilleur confort de circulation aux participants, particulièrement en centre-ville.

Le premier Tour en vélo street art à Zaachila, Oaxaca, sud du Mexique a initié en juillet 2015 et n’a eu lieu que trois fois depuis. Selon un thème propre et travaillé pendant une année entière, les trois manifestations se sont déroulées au même moment que deux événements culturels de grande importance à Oaxaca : la Guelaguetza (fin juin-début août) et la semaine de Día de Muertos (fêtes de la Toussaint).

Lire la suite
Publié dans Promenades dans le réel, Street Art | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Les hommes chocolat et les femmes caramel de Oaxaca

RACINES AFRICAINES DANS LE MEXIQUE MODERNE

En se promenant dans les rues de Oaxaca de Juárez, dans la campagne ou encore dans les montagnes oaxaqueñas, on croise des hommes et des femmes au type africain plus ou moins prononcé, à la peau très brune, aux cheveux noir d’obsidienne. Ce sont des morenos et des morenas, des bruns-Indiens, ce qui est bien normal dans l’État de Oaxaca, resté à très forte composante indigène (66% de la population se definissant actuellement comme native ou indigène) malgré la colonisation espagnole de 350 ans.

Lire la suite
Publié dans La part cachée, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Oaxaca Street art & Dia de muertos 2021

« Test Covid -19 » – cesar.viyegax / lacaseta adoratio – Oaxaca de Juárez, sept 2021

Voici une sélection d’œuvres nées peu avant ou à l’occasion de la célébration de Día de Muertos, fin octobre-début novembre 2021 à Oaxaca de Juárez.

On peu reconnaitre dans le diaporama qui suit, avec les squelettes dansants, imprimés et collés sur un bâtiment emblématique du centre-ville historique,  l’inspiration de José Guadalupe Posada, célèbre graveur et illustrateur qui inventa au tournant des XIXe et XXe siècles de nombreux personnages de calaveras dans la tradition macabre et cynique mexicaine.

¡Disfrutan!

Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Hommage à la Vierge de Guadalupe selon la Cosmovision Indigène du XVIe siècle – Pepe del Signo

Si vous visitez un jour Bahías de Huatulco, n’hésitez pas à faire un tour dans l’église qui jouxte le zócalo de La Crucecita, épicentre commercial et noyau de la zone touristique et résidentielle. Non pas pour y faire une pause fraîcheur – la chaleur et l’humidité permanente s’engouffrent partout sur la côte pacifique de Oaxaca au Mexique, ce qui n’empêche pas de s’y assoir sur un banc et méditer ou faire une prière – mais pour contempler une oeuvre unique : Homenaje a la Virgen de Guadalupe según la Cosmovisión Indígena del siglo XVI (Hommage à la Vierge de Guadalupe selon la Cosmovision Indigène du XVIe siècle). Longue de 20 mètres, et large de 5 mètres environ, cette fresque est peinte sur la voute de l’église moderne aux allures baroques, sachant que La Crucecita a été fondée lorsque le tourisme a commencé à se développer sur cette partie de la côte dans les années 1980, sous l’impulsion de la FONATUR.

Lire la suite
Publié dans Déambulations poétiques, Flâneries ondulatoires, Murales de México | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire