Tour de France 2022 – Paris

Soirée au bord du bassin de La Villette

Multicolore Paris-sur-plage

À Paris l’été, on n’a pas la mer, mais on s’imagine à la plage chaque jour. Sinon c’est pas vivable, avec l’arrivée des grandes chaleurs, la concentration humaine, les efforts constants pour la survie économique, sociale, culturelle. Car il faut savoir aussi y tenir son étiquette, qu’elle soit versaillaise, bellevilloise ou dionysienne (de Saint Denis, 93). Pourtant les visages de toutes les nuances de couleurs s’ouvrent dans les rues, on y croise des sourires commerciaux mais pas seulement, on y entend des rires à l’occasion de retrouvailles en terrasse ou sur les quais.

Lire la suite
Publié dans Prendre part, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Tour de France 2022 – Bruniquel

Le village médiéval aux deux châteaux

Bruniquel est une commune française, située dans l’est du département de Tarn-et-Garonne en région Occitanie. Bruniquel fait partie de la liste des plus beaux villages de France. Sur le plan géologique, historique et culturel, la commune est dans le causse de Caylus, au sud du causse de Limogne, occupant une situation de carrefour à la limite du Quercy et du Rouergue.

Les deux châteaux de Bruniquel sont perchés sur un éperon rocheux dominant les vallées de l’Aveyron et de la Vère, surplombant de 90 mètres l’Aveyron au sortir de ses gorges. À l’extérieur des châteaux, de très beaux jardins en terrasse offrent une halte agréable à toutes les saisons.

Lire la suite
Publié dans La part Q, Promenades dans le réel, Sous la nappe | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tour de France 2022 – le Midi

Esplanade de la gare Saint Charles, Marseille

L’insouciance de l’heure du rosé

Comment ne pas succomber à la magnificence des commerces de bouche français! Le pain bien cuit, bien pétri, assorti de cochonnailles et de fromage affiné, les sorbets aux cent parfums, le nuancier des vins rosés, les rayons Saveur de France au supermarché, les boutiques et cafés apprêtés, des sourires, des silhouettes toniques, la parapharmacie, le cosmopolitisme, la fête à l’hédonisme ! Toutes ces petites saveurs piquantes, acides, sucrées, salées, ces odeurs alcoolisées qui repoussent l’amertume de l’existence et se consomment si possible à l’air libre, sur une terrasse ou à la plage.

Lire la suite
Publié dans Sous la nappe | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Tour de France 2022 – Introduction / Est

Esplanade d’entrée des deux châteaux de Bruniquel, gorges de l’Aveyron – lieu de répétition de « La Belle Hélène » d’Offenbach présentée à partir du 28 juillet 2022

U

Quatre ans que je n’avais pas fait le grand vol plané au dessus de l’océan atlantique… quatre années de chamboulements de nos mondes, extérieurs comme intérieurs. Des choix, des directions qui s’éclaircissent, d’autres qui ont fondu dans le décor. De nouvelles techniques, de nouvelles modalités pour se mettre en relation les uns avec les autres. Cette publication propose de reprendre le pouls de la vie en France.

Des gens sont morts pendant ces 4 années, dont 2 années de Covid, pas vécues de la même manières de part et d’autre de l’océan. Des connaissances, un ami de mon âge emporté par le cancer, des disparus, pas forcément de la Covid, certains simplement de vieillesse, de fatigue ou de stress. Une dose expérimentale de trop aussi peut-être. Ceux-là sont sortis de ce monde des manifestations terrestres, sans faire de bruit. On évoque autour d’un sirop les arrangements avec l’absence d’un être cher, pendant que chante un merle dans le couchant. Il reste comme une trace de buée sur les verres, séquelles de la panicovid, des questions en suspens, collées aux minutes qui s’égrainent.

Lire la suite
Publié dans Déambulations poétiques, Promenades dans le réel | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Escuela de muralismo de Oaxaca – Jesús González Gutiérrez

Entrada de la « Escuela de muralismo de Oaxaca », calle Xicotencatl #303, Oaxaca de Juaréz

En un hermoso espacio atemporal ubicado en el centro histórico de Oaxaca se encuentra el Espacio Artístico Xicotencatl, en la calle del mismo nombre: una antigua propiedad de una sola planta, originalmente construida enteramente en adobe o tierra cruda. Se articula en torno a dos patios, el más grande y el más discreto, en el fondo de un pasaje de ladrillo y jarra, acoge a diversos artistas y talleres, como el del pintor Gabriel Mendoza. Allí se instaló también la Escuela de muralismo de Oaxaca, que dirige Jesús Gutiérrez desde hace 5 años. Los ejercicios y todas las obras realizadas durante los diferentes períodos de formación se notan en todos el edificio, como ventanas abiertas sobre múltiples imaginarios. Los curiosos pueden descubrir progresivamente espacios-tiempo que envían mensajes diversos personales o universales.

El antiguo edificio, de más de 150 años de existencia, ha sido renovado por los ocupantes. A pesar de sus esfuerzos, se hunde en algunos lugares por falta de mantenimiento de los propietarios, pero sigue siendo perfecto como terreno para la práctica y la creación artística.

Este espacio sigue siendo una encrucijada internacional para encuentros e intercambios artísticos en el corazón de la ciudad colonial, además de ser un lugar de paz y de asombro en medio del bullicio urbano y turístico. Es también el teatro de eventos artísticos: inauguraciones de exposiciones, conciertos, actuaciones.

Lapartmanquante fue a entrevistar a Jesús Gutiérrez en su universo de patchwork de frescos terminados, en curso y por venir, para conocer más sobre su escuela y las perspectivas de la técnica mural llamada a fresco, hoy en 2022.

¡Gracias a Chucho, buena suerte!

Lire la suite
Publié dans La part Q, Murales de México | Laisser un commentaire

L’école de fresque de Jesús González Gutiérrez à Oaxaca

Entrée de la « Escuela de muralismo de Oaxaca », au 303 de la rue Xicotencatl, Oaxaca de Juaréz

C’est dans un magnifique espace atemporel lové au centre-historique de Oaxaca que se trouve l’Espacio artístico Xicotencatl, dans la rue du même nom : une ancienne propriété de plain pied, à l’origine entièrement construite en adobe ou terre crue. Elle s’articule autour de deux patios, dont le plus grand et le plus discret, au fond d’un passage de bric et de broc, accueille divers artistes et ateliers , comme celui du peintre  Gabriel Mendoza. Dans ce collectif s’est aussi installée la Escuela de muralismo de Oaxaca, que dirige Jesús Gutiérrez depuis maintenant 10 ans. Les exercices et œuvres, toutes les réalisations effectuées lors de différents stages de formation se développent dans toute la bâtisse, comme des fenêtres ouvertes sur de multiples imaginaires. Les curieux peuvent y découvrir progressivement des espace-temps envoyant des messages personnels très divers.

La vieille bâtisse de plus de 100 ans d’existence a été rénovée par les occupants. Malgré leurs efforts, elle est croulante à certains endroit par manque d’entretien des propriétaires, mais demeure parfaite comme terrain pour la pratique et la création artistique.

Cet espace, situé Calle Xicotencatl 303 reste un carrefour international pour des rencontres et échanges artistiques au cœur de la cité coloniale, en plus d’être un havre de paix et d’étonnement au milieu de l’agitation urbaine et touristique. Il est aussi le théâtre d’évènements artistiques : vernissages d’expositions, concerts, performances.

Lapartmanquante a rencontré Jesús Gutiérrez dans son univers de patchwork de fresques achevées, en cours et à venir, pour en savoir plus sur son école et les perspectives de la technique murale dite a fresco, aujourd’hui en 2022.

Merci à Jesús, bonne continuation !!

Lire la suite
Publié dans La part Q, La réalité recomposée, Murales de México | Laisser un commentaire

La Bocana

Bouche fermée

Yeux ouverts

La ligne de flottaison est médiane

L’eau douce, tiède comme mon corps chocolat

Qui se liquéfie.

Glaise, gris, glisse

Tendre les bras.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Tamaaaaaales !!

Pourquoi déguste-t-on des tamales le 2 février au Mexique? L’explication vient de Día de los Reyes Magos ou Jour des Rois selon le calendrier chrétien, soit le 6 janvier lorsqu’on partage la rosca de Navidad (couronne de Noël). Celle-ci contient une ou plusieurs fèves sous la forme d’un petit bonhomme blanc appelé niño Jesus. Selon une tradition populaire mexicaine,celui ou celle qui en trouve un dans sa part se doit d’inviter toute l’assemblée présente à manger des tamales le jour de Calendario (la Chandeleur). C’est un même 2 février, quarante jours après sa naissance, que le futur Christ fut présenté au Temple selon le rite juif.

Les tamales sont un plat typique du Mexique, leur origine est mésoaméricaine de l’époque préhispanique (entre 800 et 500 avant J.-C). Il se compose d’une pâte de maïs avec différentes garnitures qui est cuite à la vapeur, enveloppée dans une feuille de banane ou dans des feuilles séchées d´épi de maïs. Le mot tamal vient du Nahuatl Tamalli et signifie enveloppé. Les tamales sont généralement consommés salés – il y en a une grande variété – plus rarement sucrés. Il y aurait plus de 500 recettes différentes dans tout le pays, je vous recommande celles qui suivent, elles sont succulentes !

Lire la suite

Publié dans Comment peut on être mexicain, La part cachée, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois contes d’hiver – 3

Playa Mermejita, Oaxaca

Z

Le panteón de Punta Cometa

Rarement j’aurai découvert un cimetière aussi vivant. Certainement du fait du culte des morts répandu au Mexique – les Oaxaqueños vouent beaucoup de respect à leurs ancêtres – mais aussi de son emplacement au croisement des chemins. Ce panteón surgit à la fin d’une route qui grimpe sèchement depuis la plage principale de Mazunte en direction de la prééminence rocheuse appelée Punta Cometa ou la sauvage plage Mermejita en contrebas, avec ses fameux couchers de soleil. Cet itinéraire est de plus en plus emprunté, la côte de Oaxaca étant devenue peu à peu un des fleurons de l’industrie touristique mexicaine tant au niveau national qu’international.

Le petit cimetière pittoresque semble à peine sorti de la terre et sans âge. Il n’a pas de muret ni de porte principale. Chacun peut y pénétrer comme il veut, même si cet espace sacré n’est jamais foulé par les pieds des touristes. Il accueille sans distinction d’âmes celles des premiers pêcheurs établis dans la crique, pas plus de 3 ou 4 familles, puis celles des commerçants venus de Puerto Escondido ou de plus loin dans le pays, celles des chasseurs de tortues marines, celles des familles natives qui ont prospéré grâce à la l’explosion de écotourisme et ont participé à l’essor de cette zone côtière, à ses mutations.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, La réalité recomposée | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois contes d’hiver – 2

Y

Potchutla – Tel Aviv – San José del Pacifico

La nuit tombe subrepticement et me vois obligé d’écourter ma dernière soirée sur la côte pacifique. Aucun moyen de choper un suburbano au départ de Zipolite, ils sont déjà tous pleins m’assure la réceptionniste de la petite agence de la compagnie Lineas Unidas. Même son de cloche à Eclipse. Qu’importe, je dois absolument être à Oaxaca en début de matinée, donc je n’ai d’autre choix que d’aller à Potchutla où les minibus partent toutes les heures du jour ou de la nuit pour la capitale.

Assez rapidement je rejoins la ville de Pochutla en colectivo, et réserve à l’agence Eclipse un siège situé juste derrière la place chauffeur, afin de ne pas être trop balloté dans les virages et pouvoir dormir un peu pendant le voyage de 6h30. Le prochain bus part dans 20 mn, juste le temps d’acheter de l’eau et un en-cas. Je laisse mes affaires sur un banc dans le passage des véhicules, sous la surveillance imaginaire d’un jeune couple de touristes occidentaux qui attend avec excitation le signal du départ. Puis je reviens et finis par tuer le temps en marchant dans le le parking-jardin au fond de l’agence et en fumant.

Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques, La réalité recomposée | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire