Quatre images du Pacifique – 2

MÉDITATION [du latin « meditare », qui signifie « contempler », la méditation est une pratique qui consiste à entraîner l’esprit afin qu’il se libère des pensées négatives et néfastes]

XXXXXXX

2 – La jeune femme et la mer

La jeune femme se tenait bien droite, assise en position du lotus devant la mer agitée, le menton légèrement rentré dans les épaules et la nuque étirée. Elle s’était isolée du va et vient des habitués de la plage en s’aventurant sur un promontoire rocheux relativement bas, situé au bout d’une petite langue de sable. Celui-ci, facile d’accès la plupart du temps, permettait d’apprécier la vue du large sans aucun obstacle visuel. Le sol était rugueux et douloureux au contact des pieds, et les visiteurs y stationnaient un court moment, généralement le temps d’un ou deux selfies.

Lire la suite
Publié dans Déambulations poétiques | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Quatre images du Pacifique – 1

LEVER DE RIDEAU [moment où le rideau se lève et découvre la scène du théâtre aux spectateurs]

L’océan ne chariait pas la même fureur que la précédente fois ; cela, Bruno avait pu le noter dès son arrivée, juste en écoutant le chant de l’océan depuis le colectivo, un de ces petits véhicules à plateforme et bancs en bois qui desservent tous les villages de la côte. En descendant la dernière pente avant San Agustinillo, Oaxaca, le décor végétal et mineral s’ouvre sur un magnifique panorama. Effectivement, la pédiode de forte houle (mar de fundo) était passée et seules quelques vaguelettes clapotaient encore gentiment dans la lumière de cette fin d’après-midi un peu nuageuse. Après une courte promenade sur la plage presque déserte et bien entamée par les précédentes lames de fond, il eu envie de revoir le lieu où il était resté une semaine, dans cette cabane en briques et en bois, accrochée sur un versant de colline rocheuse, en surplomp et face au large. Une semaine pendant laquelle, depuis la petite terrasse aux lattes de bois ajourées, il s’était laissé complètement immerger dans le son omniprésent des vagues : un vombrissement profond et langoureux rythmé par des avalanches maritimes blanches, longues et irrégulières.

Lire la suite
Publié dans Déambulations poétiques | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La démocratie est-elle dans la rue ou sur les murs ?

Le Mexique oppulent et dormant à côté de la population oubliée, los olvidados

Ci-dessus, une illustration du Mexique oppulent et dormant à côté de la population oubliée (los olvidados)

C’est une période électorale importante qui a lieu simultanément dans chaque État du Mexique. Ce grand pays étant une fédération d’États, un peu comme aux USA, avec une représentation législative dans chaque capitale, et une centralisation à Mexico, les élections législatives mexicaines de 2021 ont lieu le dimanche 6 juin afin de renouveler les membres de la Chambre des députés de Guadalajara, Zacatecas ou encore Oaxaca par exemple.

À Oaxaca comme ailleurs, le ballet des véhicules publicitaires dans les rues, accompagnés de slogans plus simplistes les uns que les autres et de chansons enfantines, bat son plein. Les stratégies de communication dépensent des millions de pesos pour atteindre leur but, convaincre par tous les moyens les électeurs pour assurer la victoire de tel ou tel parti politique.


Lire la suite
Publié dans Prendre part, Stratégies animales, Street Art | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Misère et sacrifices de la Coronafolie

Esthétique de la peur virale 2020-2021

Fresque murale, Oaxaca, oct. 2020, Cesar Viyegas – Instagram : cesar.viyegax

En ce début d’année 2021, de grands espoirs se font sentir. Oh, finalement rien de très exceptionnel, car les belles utopies semblent mortes avec le XXe siècle. Désormais on ne peut pas se permettre d’attendre un immense « plus », mais un petit mieux, un moins pire. Par exemple, on aimerait bien sortir du marasme que l’arrivée du Covid19 a provoqué dans le monde entier l’année dernière, une année 2020 tout au long de laquelle nous avons assisté à la globalisation et à l’accélération d’une réelle panique sanitaire, sans précédent dans l’histoire des sociétés humaines. Un danger sur la santé extrêmement médiatisé, faisant primer la peur au sang-froid, les effets de buzz à chaud et les annonces fracassantes à la froide et hésitante démarche scientifique. Il faut dire que l’époque nous rend tous et toutes un peu fous-folles…

Lire la suite
Publié dans Promenades dans le réel, Street Art | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

El Tule, suspendu entre terre et ciel

L’arbre du Tule, c’est « l’âme verte » du village du même nom, situé à une douzaine de km de la ville de Oaxaca, sur la route de Mitla. Dans ce pittoresque village, un immense arbre vieux de certainement plus de 2000 ans, trône dans un angle de la grande place du zócalo, entre la mairie et l’église. Majestueux du haut de ses 41 m, il entrerait dans un immense cube puisque sa largeur maximale fait 42m. Cet arbre est un cyprès de Montézua (Taxodium mucronatum), appelé Ahuehuete en langue Nahuatl et qui signifie le Vieux de l’eau (Viejo del agua). Ce cyprès a le plus grand diamètre de tronc du monde car il mesure 14 m et sa circonférence fait presque 44 m. Il faut qu’environ 30 personnes se tiennent par les mains pour pouvoir entourer l’arbre dans une belle embrassade végétale.

C’est aussi une magnifique illustration grandeur nature de l’Arbre de Vie.

Lire la suite
Publié dans Flâneries ondulatoires, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Oaxaca street art 2 – automne 2020

Voilà une deuxième sélection d’oeuvres street art, plus graphiques et récentes. La gravure continue de s’exposer sur les murs de la ville de Oaxaca, ce qui est d’ailleurs devenu partie intégrante de la « marque » Oaxaca. Les services touristiques ont su s’approprier l’esprit politico-artistique rebelle datant des émeutes de 2006, pour vendre un paquet all inclusive aux visiteurs étrangers avides de culture locale, qui marie habilement la culture institutionnelle (les nombreaux musées d’art et d’archéologie), artisanale de luxe (les ateliers d’alebrijes et de céramique dans les environs de la ville), avec les expressions plus rebelles qui sont constamment rafraîchies par les collectifs de gravure ou des artistes indépendants, dans le centre historique,

La tonalité obscure des premières oeuvres du diaporama sont issues d’un collage mosaïque situé en face de Santo Domingo. Beaucoup de diables et diablesses, peut-être parce que depuis mars, nous ne sommes pas tout à fait sortis de la période de carnaval-Covid19…

Bonne visite !

Florent Hugoniot

Publié dans Sous la nappe | Laisser un commentaire

Oaxaca street art 1 – automne 2020

Voici une nouvelle série de fresques photographiées dans la ville de Oaxaca, du Cerro del Fortín au périphérique, en passant par les rues du centre historique. Ce ne sont pas les oeuvres les plus récentes (elles datent de 2018-2019), mais elles sont emblématiques de la culture populaire oaxaqueña.

On reconnait les figures de Maria Sabina, Benito Juarez, Martin Luther-King (fresque du passage souterrain pour aller à l’Observatoire du Fortín) et les mythes et divinités précolombiens revisités : Tlaloc, dieu « à lunettes »de la pluie, des eaux célestes et des tremblements de terre ; le Jaguar, gardien et guide du monde souterrain, des forces telluriques, de l’inconscient et de l’intuition ; Ève-tentatrice et le serpent-connaissance pour l’influence judéo-chrétienne venue d’Espagne.

La Mort est également présente dans cette sélection d’oeuvres, particulièrement en cette période de l’année qui correspond à Día de Muertos. Mais on se contentera aujourd’hui de ces images, car toutes les cérémonies associées à cette fête mexicaine sont annulées en 2020 à Oaxaca pour cause de covid19.

Bon diaporama !

Florent Hugoniot

Publié dans Sous la nappe | Tagué , , | 1 commentaire

Street art sur la côte pacifique 2 – Oaxaca 2018-2020

La saison des pluies – longue, fraiche et humide en cet été 2020 – ferait presque oublier qu’Oaxaca est un pays de soleil et de fortes chaleurs ! Heureusement, les jours pluvieux passent, pendant lesquels on retrouve et classe ses photos-souvenirs. Certaines revivent, reprennent des couleurs pour s’envoler du smartphone à l’ordinateur de bureau (magie du réseau sans fil), me permettant de composer le diaporama qui suit. Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

2020, prêts pour une nouvelle odyssée spatio temporelle ?

 

Chaque jour, au lever du soleil, le monolithe gris se dressait au milieu de l’horizon. Il était là, fidèle au rendez-vous, surplombant les toits et le paysage, donnant à voir le mystère de la création. Il imprimait aux nuages leur sens de rotation, il marquait d’un point le cycle infini des heures et du temps, passage du jour à la nuit, d’aurore à crépuscule, tout en soulignant l’énigme des espaces immenses. Observer ce repère familier, un phare aveugle parmi les cieux changeants, était devenu un rituel matinal, un des premiers gestes du jour à peine en éclosion. Lire la suite

Publié dans Bref, en bref, pour faire bref…, Flâneries ondulatoires | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Street art sur la côte pacifique 1 – Oaxaca 2018-2020

Petite nostalgie de fin d’été ? Les vacances se terminent ou glissent déjà dans le passé, les photos-souvenirs s’envolent encore un peu par ci par là, papillonnent avant de se ranger sagement dans un coin de notre mémoire, dans un fichier numérique…

Hop hop hop, on ne perd pas le rythme, et on part pour un petit recorrido photographique en deux étapes sur la côte pacifique de Oaxaca, avec des images de murales (fresques de street art) saisies entre 2018 et 2010.

Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire