Tout l’art du piteado à Colotlán

 

Colotlán, sympatique ville du Nord de l’État de Jalisco au Mexique, est considérée comme la capitale mondiale du piteado, non tant par son nombre de d’ateliers consacrés à cette activité, mais par la qualité et la beauté de ses produits. Le piteado ou encore bordado en pita est une broderie fine sur cuir, principalement réalisée sur les éléments de l’art équestre comme les selles, mais aussi les ceinturons, les chapeaux, les bottes ou sur des articles plus courants comme des sandales et des bracelets. Cette activité artisanale s’y est naturellement développée en parallèle de l’élevage des chevaux. Avec une nature suffisamment généreuse dans les alentours de la ville pour produire du fourrage – un petit oasis dans une nature chaude et aride – l’activité équestre est bien vivante, et Colotlán possède de nombreux ranchos. Lire la suite

Publié dans La part Q, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Au marathon de Torreón

Chaque premier dimanche de mars voit arriver dans la Laguna le Marathon International Lala, du nom du principal sponsor, le Grupo Lala, marque de produits laitiers bien connue dans tout le Mexique : on trouve les briques de lait, la crème, et les yaourts Lala dans tous les supermarchés et épiceries de proximité. Ceux-ci sont principalement transformés et empaquetés à Gómez Palacio, où s’est implanté en 1950 ce groupe agro-industriel d’envergure internationale. Lire la suite

Publié dans Flâneries ondulatoires, Promenades dans le réel | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Querétaro street art 5

dscn3263

Décidemment la ville de Querétaro est un terrain fertile pour le street art. Au gré des nouvelles fresques, des façades devenues disponibles ou des oeuvres anciennes recouvertes d’une autre toute fraîche, diverses sensibilités s’expriment sans retenue afin de surprendre les passants et de s’affirmer. La scène street art queretana figure d’ailleurs en bonne place parmi les villes du Mexique, notamment grâce à quelques artistes comme Hymed&Reyben qui ont pris une dimension internationale.

Malgré une croissance rapide et assez standardisée pour l’ensemble des quartiers périphériques, qui s’étendent loin sur les hauteurs comme dans la plaine, répandant un univers aseptisé pas vraiment propice à l’expression alternative (quoique !), les quartiers populaires situés au centre de la ville restent prolixes, locaces et rêveurs. Ils offrent à voir des oeuvres inspirées et de très bonne facture, ce qui me permet de vous proposer cette nouvelle sélection toute en couleurs pour annoncer le printemps ! Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Au cœur du Mexique, le jardin surréaliste d’Edward James

dscn2934

C’est dans la Huazteca potosina, au centre-est du Mexique, qu’Edward James a réalisé à partir du milieu du XXe siècle l’œuvre majeure de sa vie : Las Pozas, situé à quelques kilomètres du village de Xilitla, est un jardin architectonique et surréaliste hébergé par une nature généreuse, sublimé par une végétation luxuriante et des eaux tantôt jaillissantes tantôt ruisselantes. Cet ensemble de ruines intemporelles reliées par des allées arborées recrée un royaume symboliste tout en dénivelés. Il se compose de structures sans fonctionnalité ni destination particulière, sinon d’embellir le paysage et de veiller sur les plantes, de protéger les oiseaux, de donner un réceptacle à la vie terrestre qui prend ses aises entre, autour et avec les constructions. Lire la suite

Publié dans Déambulations poétiques | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Sortir du labyrinthe de l’ego

img_0355

Si l’amour est une forme absolue de connaissance, se connaître mieux soi-même devrait permettre de mieux s’aimer, de mieux s’accepter, mais aussi de savoir accueillir l’autre dans une relation amoureuse. Ou mieux, de savoir aller vers la ou les personnes adéquates selon l’objet recherché, le projet partagé. La recherche de l’être aimé, du promis ou de la promise, mais aussi la quête du double symbolique, est une odyssée universelle qui occupe une bonne part de nos activités. Pour répondre à ce besoin fondamental de partage et de communion, mais aussi à une convention faite nécessité comme celle du mariage religieux, moral et social, chacun ses atouts et ses stratégies. Lire la suite

Publié dans Flux du langage | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Querétaro street art 4

himedreyben-queretaro

« Basquiaring », hommage à Jean-Michel Basquiat et Keith Haring, Querétaro, 2014, Himed & Reyben

Une promenade dans Querétaro, avec comme thème le portrait sur les façades des rues : les célébrités, les personnalités, des inconnus… Le fil conducteur, c’est la représentation des êtres humains dans le street art sous toutes ses formes.

Focus sur Basquiaring, cette oeuvre impressionnante de 2014 ci-dessus en couverture, un hommage à Jean-Michel Basquiat et Keith Haring, pionniers du street art new-yorkais dans les années 1980, par Himed & Reyben. Ces deux jeunes artistes de 25 et 24 ans sont originaires de Querétaro, et leur oeuvre a a été choisie comme une des meilleures de l’année par le site européen I Support Street Art. Ils ont aussi été des finalistes dans le Prix du meilleur pochoir australien avec une autre oeuvre appelée Cut Control. Lire la suite

Publié dans Street Art | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Les mots nous mentent et nous aimantent

img_0251Croire a toujours été le moteur. Croire au destin, croire en Dieu, en l’amour, à la justice, croire en l’homme, croire en soi… Croire, c’est aimer encore. Lorsqu’un système de croyance s’avère trop étriqué ou dépassé, il s’écroule sur lui-même comme un vieux temple aux rites désormais désuets. L’être humain – être social autant que de trancendance – a alors vite fait d’en reconstruire un autre. Car il faut bien croire que notre passage sur terre n’est pas vain, que notre corps et notre esprit ne sont pas voués aux quatre vents, qu’il y a une finalité à tout cela ; que nous accomplissons un destin où l’individu se mêle aux affaires communes, où la quête personnelle s’appuie sur une conscience universelle qui nous permet de nous surprendre et de nous dépasser et parfois même de nous sublimer. Sinon, à quoi bon se lever tous les jours pour gagner sa croûte, élaborer des projets et les réaliser, faire des enfants, éduquer, transmettre ?…

La vie n’est pas juste la satisfaction de désirs immédiats. Chacun tente de se projeter dans le futur et formule des espoirs, nourrit des rêves, du moins ici-même au sein de la réalité, à défaut dans l’au-delà ou pour une plus belle réincarnation. Lire la suite

Publié dans Flux du langage, Sous la nappe | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires